Quand tu travailles à Disneyland…

Aujourd’hui, nous allons au pays des rêves et de la magie… oui, nous allons à Disneyland Paris !

 

Non je ne vais pas vous faire voyager, en fait je vais plutôt parler des clichés quand vous travaillez dans le plus célèbre parc parisien.

Mais avant de commencer, il y a des petites choses à connaître. Tout d’abord les employés sont appelés des castmember (= membre de l’équipe), ils parlent un langage secret avec des mots incompréhensibles dans une autre langue et des nombres (seraient-ce des espions ?). Ils sont tous habillés avec des costumes plus ou moins colorés, plus ou moins classes (c’est très souvent du moins classe), bref au moins au premier coup d’oeil on sait qu’ils travaillent ici, c’est sûr, quoiqu’il n’est pas exclu d’entendre au moins une fois par jour « excusez-moi, vous travaillez ici ?« , à quoi vous avez envie de répondre « non je m’habille comme ça tous les jours pourquoi ?« , mais vous ne le faites pas, la courtoisie est quand même un des mots d’ordre qui dirige notre métier. Et oui, c’est ça de travailler avec la clientèle.

Bon sinon quand vous êtes castmember, vous devenez allergique aux mots « libérée » et « délivrée » quand ils sont mis ensemble, un mur invisible vous empêche de passer les tourniquets à l’entrée des parcs (sauf si vous êtes des vrais drogués et que votre dealer s’appelle Mickey), et les motifs rouges à pois blancs vous horripilent. Passés ces détails, votre vie se passe tout à fait normalement (enfin à peu près)…
Tout se complique quand la fameuse question tombe (celle dont on ne sait jamais vraiment comment répondre) : « et tu fais quoi dans la vie ?« , ce à quoi on peut essayer de trouver une réponse qui nous fasse passer le moins possible pour des nuls. « Je travaille à Disney« , à quoi, sans jamais se tromper, dans la seconde qui suit notre interlocuteur nous répond tout fièrement « ah ouais tu fais Minnie ? » Euh… Tu comptais draguer avec ta blague pourrie ? Un peu d’originalité voyons !

Etre castmember est une grande aide dans son CV. En plus d’avoir le nom d’une entreprise connue de tous (ou du moins presque tous, selon ma meilleure amie il semblerait que Disneyland ne signifie rien en Australie), c’est peut être une des seules entreprises où l’on signe pour un poste et où l’expérience acquise permet de postuler pour plusieurs autres. Un exemple ?
Les opérateurs en attraction sont capables de :

– changer les sacs poubelles, assurer la propreté (ramasser tous les papiers laissés à côté des poubelles), nettoyer les vomis : agents d’entretien
– prédire l’avenir (« nous sommes fermés pour cause de vent trop fort. – Mais vous allez rouvrir quand ? – Ne bougez pas, je vais chercher ma boule de crystal et confirmer avec Evelyne Dhéliat« ) : voyante
– apprendre les couleurs (« tirez sur la languette jaune sur votre gauche. Non alors ça c’est la rouge au milieu, svp la languette jaune sur le côté, là« ) : maître(sse) d’école
– indiquer les directions parce que cest connu, les bornes à fastpass sont cachées (avec leur panneau multicolore), le panneau pour indiquer la file d’attente des personnes à mobilité réduite (grossièrement appelés « handicapés ») n’est pas à bonne hauteur (aux niveau des yeux, ce n’est pas assez explicite) : agent de la sécurité ou guide (j’hésite encore)
– écouter les symptômes des visiteurs pour en déduire qu’ils ne peuvent pas s’asseoir par terre : médecin (d’ailleurs c’est incroyable le nombre de personnes qui ont un problème de santé dès qu’il s’agit de s’asseoir au sol)

Enfin bref, mais n’oublions pas qu’à côté de ça, un opérateur attraction est avant tout embauché pour l’exploitation de l’attraction sur laquelle il travaille… mais qu’il n’y connaît rien ! Après une vérification minutieuse, heureusement qu’il y a toujours quelqu’un qui se réveille quelques minutes après, en panique, pour nous faire un rappel à l’ordre « je suis bien attaché ? Mais j’ai pas passé la ceinture à cet endroit ? – C’est normal c’est pour les bébés, donc pour vous c’est bon. – Non mais ma ceinture est mal mise je vous dis, je ne l’ai pas passée dedans ! » Bref…

Il y a aussi un autre bon côté à travailler à disney, c’est d’apprendre de nouvelles langues. Déjà grâce à nos collègues qui sont d’origines différentes, mais aussi grâces aux visiteurs. C’est pas toujours facile, mais avec un peu de volonté, c’est faisable. Ainsi, je pense qu’il existe une langue où les mots « single » et « fastpass » veulent dire bonjour, mais qu’elle n’a juste pas encore été découverte puisque c’est la première chose qu’on nous dit en nous voyant. « Bonjour. – Single ! – Bonjour, hello ! – Yes, single ! »

Mais malgré toutes ces anecdotes (1/100e de tout ce qu’on aurait à raconter), travailler à Disneyland c’est aussi voir des étoiles dans les yeux des enfants, et parfois des plus grands, c’est rencontrer une famille dans la journée qui arrivera à nous faire sourire jusqu’à la fin de notre travail et oublier les autres, c’est un melting pot culturel comme on en voit rarement, et une façon de partager sa passion pour les plus fous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s